• Leader sidérurgique marocain sur les produits longs

  • Adossé au numéro 1 mondial ArcelorMittal

  • Partenaire de vos projets de construction

  • Engagé dans les projets de développement durable

  • Au service de l’industrie des énergies alternatives

  • Un modèle de management de la sécurité

  • Un fournisseur « 1st choice » des matériaux de construction

  • Une équipe engagée dans la croissance et la compétitivité de l’entreprise

  • Un modèle 100% recycling

Environnement

Par nature la sidérurgie est une industrie de recyclage, avec un matériau : l’acier qui se recycle à l’infini. Le démarrage de la première aciérie au Maroc le 18 août 2005 sur le site Sonasid de Jorf Lasfar a fortement contribué à l’augmentation de la mise en marché de la ferraille nationale qui représente aujourd’hui près de 500 000 tonnes par an. Le marché national offre plusieurs types de ferraille:

  • Chutes internes recyclées issues de la production
  • Chutes neuves issues du travail de l’acier (chaudronnerie, estampage, usinage)
  • Vieille ferraille: biens d’équipements fabriqués en acier, en fin de cycle de vie.

A ce titre, Sonasid est en train de développer une nouvelle filière d’approvisionnement en ferraille, celle du démantèlement de bateaux industriels. Une première expérience qui remonte à mai 2012 avec l’achat d’un bateau frigoriphique saisi au port de Dakhla un navire de 3672 tonnes avec un potentiel important de ferrailles de bonne qualité. Le Remora  a ensuite quitté le port de Daklha treuillé par un remorqueur agréé et rejoint le port de Jorf Lasfar au terme d’une semaine de trajet. Placé en calle sèche, le Remora est découpé par blocs de 10 tonnes qui sont transportés à l’aciérie de Sonasid pour y être oxycoupés avant introduction dans le consteel de l’aciérie

Une opération à forte dimension écologique qui a permis de contribuer au maintien d’une baie écologique protégée mais aussi de recycler un navire hors d’usage pour le réintroduire dans le cycle de production de l’acier. Cf vidéo

Gestion des co produits

En marge de la ferraille, les co-produits générés par son activité trouvent d’autres applications pour une gestion efficace des déchets  dans une logique de protection de l’environnement

Poussières d’aciérie

L’aciérie produit 10 000 tonnes de poussières par an qu’il faut recycler, elles contiennent plus de 20% d’oxyde de zinc qui pourraient être ré exploitées ainsi après des essais de valorisation fructueux auprès d’un partenaire en Chine, la production annuelle de poussières Sonasid est depuis juillet 2012 exportée en Asie.

Une nouvelle stratégie de valorisation des poussières qui représente une économie des coûts de gestion et de mise en décharge.

Scorie Noire

La scorie noire, résidu du four électrique, ce produit est utilisé depuis plus de 10 ans en Europe pour stabiliser les voies des routes et autoroutes.

Sonasid a proposé de l’exploiter dans la construction des routes nationales, un tronçon expérimental a été réalisé entre Douar Lakouacem et la route nationale n°1 (El Jadida-Safi).

Une convention a été signée entre Sonasid, la Commune de Moulay Abdellah, la Direction Provinciale de l’équipement d’El Jadida et la Direction des routes.

scorie_ini

Calamine

C’est de l’oxyde de fer généré lors du refroidissement des billettes et du rond à béton : une source alternative au minerai de fer pour les sidérurgistes exploitant des hauts fourneaux ou les cimentiers. Sonasid en produit 15 000 tonnes par an et la vend au cimentiers locaux mais l’exporte également en Chine comme substitut de minerai de fer pour les sidérurgistes asiatiques.  

Chutes d’électrodes

Les électrodes sont utilisées pour la fusion de la ferraille, Sonasid en consomme 100 à 200 tonnes par an. En fin de vie, Sonasid exporte ses électrodes vers l’Europe et les Emirats Arabe Unis où elles sont réutilisées en substitut du needle coke pour la production d’électrodes (économie d’énergie).

Des solutions technologiques durables

De plus Sonasid a toujours dans ses choix technologiques privilégié des solutions techniques permettant des économies appréciables d’énergie, d’eau et de matières premières.

L’aciérie électrique de Jorf Lasfar est considérée comme l’une des plus écologiques au monde. Dotée de technologies de pointe en matière d’économie d’énergie, de captation et de traitement des fumées, elle réalise d’excellents taux de réduction d’émission des gaz à effet de serre :

  • Le chargement en continu de ferrailles préchauffées permet de réduire la consommation d’électricité de 20%.
  • Recyclage et retraitement des eaux de process par osmose, un procédé qui a permis de limiter la consommation d’eau à moins de 1m³/t d’acier liquide (contre 2 à 3m3/T ailleurs).
  • Les billettes produites par l’aciérie peuvent être directement chargées à chaud dans le four du laminoir de Jorf Lasfar, ce qui permet de réduire de 40% la consommation de fuel et donc de réduire les émissions de gaz à effet de serre (CO2) de près de 16 000T/an.

Les 2 laminoirs sont également dotés d’unités de traitement et de recyclage des eaux de process et des eaux usées :

80 millions de Dhs pour Nador et 50 millions de Dhs pour Jorf Lasfar ont été investis pour limiter la consommation d’eau (consommation d’eau de 0,3m3/T de produit fini contre 3 à 4 fois plus ailleurs).

Enfin en termes d’énergie, la libéralisation de la production des énergies renouvelables a représenté pour Sonasid une nouvelle opportunité de diversifier ses sources d’approvisionnement en énergie.

Ainsi, SONASID a conclu un contrat d’achat de 20% des besoins de son laminoir de Jorf lasfar à partir des futurs parcs éoliens développés par NAREVA, soit une réduction de 21 400 tonnes CO²/an.